UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2008

fausse reconnaissance

6268785.jpg
(Peinture de Bleuzen)
Quand on passe si près de soi-même
Les vents du désert ne comblent plus les dunes
Exsangues de Gao à Tombouctou
Je trouve ma route même dans les vents de sable
Du Ténéré où je me perdais jadis
Les odeurs me guident et m’imprègnent
Comme un chien cherchant chemin
Mes pas dans le sable me  paraissent étrangers
et le soleil a changé d’horizon
quand on passe si près…
on ne reconnaît plus les gens
on ne se reconnaît plus
le dérisoire et l’abscons
M’envahissent inutilement
au point de souhaiter quitter ce cauchemar
coudre les paupières du réél
se laisser aller à l’écoute
non des mots
mais des silences sublimes
des terres noires et des rivières
des souffles et des sécheresses
des craquelures des corps
des épisodes cicatriciels refoulés
s’écouter peut-être
aussi
enfin se dire
que toute vérité est en soi
si on sait tendre l’oreille
hypertrophiée de nos origines
peut-être alors se (re)trouver
dans le compte à rebours de la vie

11:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

29/03/2008

Le Dormeur du Val

1934694741.JPG

( dessin de KLA)

 

Un trait de graphite strie le ciel                                              un cri peut-être

Une vague de silence vrai

                                         « dans le cresson bleu »

Transforme les herbes frissonnantes

En lames acérées et tranchantes

                                          Le vent s’est tu

Et plus rien ne court sur la page blanche

Qu’un trait arrêté

Comme une apostrophe

Sur une main raidie

Un accent de solitude

Aux rivières des tempes sèches et froides

Les pensées s’arrêtent là

Enormes insignifiantes

La rature de la vie égratigne

Même ton sourire

Tu ne pleures pas

Tu te souviens de la mort

Et ta main glisse sur le papier

Pour redonner vie à l’espoir

 

08:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

27/03/2008

Douleur exquise

876596140.JPG

(tableau de Guillaume POUPARD, KLA)

Craquelures visibles

De  notre incomplétude

Je polis désespérément

Les contours de l’inavouable

Pour lisser notre rugosité

Les aspérités de la vie

Sont lisibles sous les encres

Superposées, stratifiées

Les traits écrasés et masqués

De la répétitivité de ton geste

Insistance des maux

De notre esquisse primitive

Ton travail n’estompe

Pas le possible

De la réparation

Et de l’accomplissement

 

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

26/03/2008

Terres Avides

1071364031.2.JPG

 

Je suis de cette violence

Qui redresse les herbes couchées

Le vent est mon allié

Et nous caressons ensemble

Le sourire improbable des pierres

La pluie se confond avec nos larmes

Et pourtant nos blessures

Sont invisibles, ensevelies

Craquelures vivantes des terres arides

La douleur ne nous fait pas peur

La tendresse nous affole

Nous sommes d’un autre monde

D’un autre temps

Où la rime fissure l’ombre de la peau

Je me ride à tenter de me soustraire

A l’insoutenable

Et l’insoutenable est humain

La permanence d’un cœur respectueux

Ne s’apprend pas dans les livres

Ni dans les rêves improvisés

Des croqueurs de biens

Rien ne nous appartient

C’est la seule vérité

Qui mérite de dissoudre  la nuit

Et d’inventer des réveils

Où le sol ne se dérobe pas

A nos regards offerts

Nous sommes intempérants à la vie

Et notre révolte détruira

La médiocrité des bien pensants

Nous ne sommes pas quitte

Avec le pouvoir

Nous le combattons

 

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

24/03/2008

Como Tu


Petite pierre qui ne servira même pas pour une fronde

petite pierre qui ne servira même pas pour un chemin

pauvre petite pierre

de la sobriété à la pureté du style

la poésie de la terre

celle qui ne sent pas le déodorant et l'édulcorant

jl

11:33 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

23/03/2008

Dans l'Exil

386461232.jpg

 

Je t’aime   
Sous la patience des pierres
la parole gelée des nuits blanches
La paupière fragile des heures
Dans la nudité du matin
Sous le fer des interdits
Dans le fracas du rêve
Aux neiges de silence
Aux plaies du désert
Dans la brulûre
Dans l’exil



Ile Eniger, La parole gelée, Editions Cosmophonies

 

09:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Chaque matin

 

Je ne reconnais plus les berges

Sédimentées de ma colère

L’infime intime qui raidit mon échine

Et donne à un mon regard

Un dixième d’avance sur ma mémoire

Je suis devenu maladroit de la vie

Par quel courant me laisser porter

Quel estuaire aborder où

Je me reconnaîtrais

Du bout du bout des doigts

Je ca-resse l’invisible

Je largue les amarres des images et des sons

Pour retrouver un ciel vieilli par la nuit allongé méconnaissable

De ces ciels qu’ont ne devine même plus

Tellement croire nous permet de rêver

Je ne rêve plus

J’ai été touché par la grâce

Et c’est pour moi devenu une illusion

On m’a coupé quelques racines

Celles qui m’auraient fait mourir

Mais qui étaient les miennes…

Il me faut réapprendre la vie

Comme un enfant révolté et fou

Qui n’en fait qu’à sa tête

Réapprendre qu’avoir peur

Est une nécessité

Que le matin

C’est chaque jour

 

07:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

22/03/2008

BERTIN

 

Te souviens-tu Phiippe????

je ne sais combien de fois nous sommes allés voir

Jacques Bertin pendant nos études

Il nous a soutenus sans le savoir

et nous l'avons aimé tant et tant

"Le disque tourne à vide....."  cliquer pour lire le texte sur frenchpeterpan

11:36 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

BRASSENS

 

Je ne pouvais pas t'oublier

toi qui m'as accompagné si longtemps et m'accompagne toujours

c'était avec toi Philippe que nous étions allés le voir

à Tours dans ce cinéma de verlours rouge en  1973

où nous nous étions battus pour obtenir quelques places

déjà toutes prises avant l'ouverture

et là ce fut

une soirée mémorable

avec un homme qui souffrait

mais qui a donné tant et tant ce soir là

nous étions au premier rang,

Zenith E à la main pour ne rien rater de ce moment historique pour nous

il nous a donné un récital à la hauteur de l'homme

j'ai toujours les négatifs

que je n'ai jamais développés...

09:38 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

20/03/2008

JEAN FERRAT à mon grand père

-J’ai découpé la route

 

Maintes fois entre Annonay et Antraigues

Pour halluciner ta présence illusoire

Mais forte de terre et de châtaignes

Ta voix  cet horizon impétueux et tendre

Qui me tend du frisson des bourrasques

J’ai croisé quelques fois ton regard

Sur la place du village pendant

Une partie de pétanque avec Albert et bien d’autres

Il y a des années que je veux te dire

Et je veux te le dire tant que nous sommes là

Te dire combien tu m’as accompagné

Dans mes rencontres avec la terre

Comme des mains tendues qui n’attendent rien

Des regards qui cisaillent le ciel

Et s’attardent sans raison sur les herbes rouges

Combien tu es toujours présent

Quand la matinée se lève et que

Je ne peux regarder le cadran de la montre

Sans que l’émotion suspende le temps

Et l’espace d’une seconde, je suis avec toi

Vraiment…presque palpable comme un muret de pierre

Tout juste refait

Un verre au comptoir qu’on partage

Dans un silence sacré

Un regard qui en dit aussi long

Qu’un balbutiement maladroit et inutile

Un mot quand même que tu ne liras sans doute pas

Un mot que je t’aurais dit malgré tout

Avant que le vent balaye les émotions encore présentes

-« Je t’aime »

 

12:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Pour quelques larmes

Pour quelques larmes

tu te souviens

dans ce gymnase dans la banlieue grenobloise

où tu pleurais où tu riais

où tu m'as embrassé

où tu as embrassé et chanté

4 heures dans cette salle sans acoustique

avec ce public tellement bas de gamme

sans culture mais avec un coeur gros comme ça

ce public là insignifiant qui t'as fait te défoncer

de tendresse et d'amour, d'émotion et d'émotion encore

nous sommes des chiens...

10:04 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

je suis

2076575328.jpg

Je suis un craquement

Dans le bois du plancher

Une pierre qui dévale la marne noire

Après l’érosion des pluies

Je suis ce nuage anachronique

Dans un ciel si bleu

Cette punaise à peine sensible enfoncée

Au talon de ta chaussure

Je suis ce cri inaudible des coquillages

Que seul le vent s’accapare

Je suis cette main qui te frôle

Mais que tu ne prends pas

Je suis un grain de sable

Sur le miroir de faille de ta paupière

Une larme lourde

Au réveil des matins solitaires

Je suis un loup arrogant

Qui passe son chemin

Dès que tu le regardes

C’est décidé...

Je pars en voyage loin, très loin

Au-delà des rêves

Je pars tout au fond de moi

Là où je construis mes paysages

Là où personne ne va

Pas même moi

 

09:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

18/03/2008

souvenir souvenir

California "Joni Mitchel"

20:28 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

17/03/2008

une pierre

1287920933.JPG

 

J’ai mis dans chaque pierre

Une larme arrachée à la mer

Un sourire d’enfant turbulent

Un geste, une main ouverte

Dans chaque pierre

J’ai mis quelque chose d’humain

Quelque chose que l’érosion

N’atteindra pas

Quelque chose que vous sentirez

Quand vous toucherez la pierre

Qu’il ne fallait pas négliger

 

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

12/03/2008

La nuit

36102433.jpg

J’ai oublié les mots griffonés

Que j’avais posé à la marge de ton cœur

Des mots anciens striant le ciel de lèvres bleues

Des mots qui ressemblent à mon rire d'enfant

Quand le soir n’est pas si noir

(tu sais ce noir brillant d'écume)

Et qu’une lueur d’amitié

Brode la nuit de satin et de cuir

Des mots dont la lueur

Ne dissimule pas les larmes opaques

souffrantes

De mes insomnies vivantes

Discrètement présent

A ta mémoire velours

Je suis ton ami

depuis toutes ces nuits

où l’âme du jour

nous réunit

sans même y penser

 

21:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2008

Seul Oeil

179990076.jpg

 

Le soleil déchire l’ombre

De notre printemps

Et pourtant les pierres en cascades

Ravinent le seul être qui manque

La tenture de la chambre

Ne se déplace plus

Elle strie l’espace en lame affûtée

De mémoire vive

Comme un coquillage sur la plage

Mes pensées s’isolent sans remous

Juste la place pour se retrouver

Dans une sérénité inhabituelle

Un moment découpé au scalpel

Sans silence sans bruit

Un moment d’intense émotion

Une heure perdue qui perdure

Et je me regarde dans les larmes du soleil

Retrouver mon âme

Me parait si improbable

Que j’y crois encore         

 

16:40 Publié dans Blog | Tags : soleil, être, déchire, croire | Lien permanent | Commentaires (3)

01/03/2008

A Philippe G

1078023942.JPG

Ton rire se brise

À l’écume de mes rêves

Il est des moments

Où à fleur de cœur

Nous effeuillons l’herbe bleue de nos yeux

Un peu Beaucoup Passionnément

A la folie

Jusqu’à l’indécence de nos mots

Se rencontrer à la marge de tes yeux

Jouir du regard apaisé des myosotis

Et presque peau à peau

Se révéler sous les pins

L’émotion des retrouvailles

S’inscrit dans la terre

Où nous y déposons empreinte

Et en rire de plaisir

S’approprier la terre

Comme notre immense terrain de jeu

Sans frontière, occuper

L’espace de nos peurs, de nos pleurs

De nos retrouvailles, de nos émois

Avoir la force de nos faiblesses

En ne trichant pas

En se regardant cœur à cœur

Comme de grands enfants

Je te retrouve après 35 ans

Comme on reconnaît un premier amour

Une première amitié

Forte et fertile où nous rêvions

Si violemment

D’effleurer le plaisir d’un temps arrêté

Le plaisir de t’entendre à nouveau

Celui d’être ensemble

 

 

 

14:07 Publié dans Blog | Tags : amitié bourges tours | Lien permanent | Commentaires (0)