UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2008

Chaque matin

 

Je ne reconnais plus les berges

Sédimentées de ma colère

L’infime intime qui raidit mon échine

Et donne à un mon regard

Un dixième d’avance sur ma mémoire

Je suis devenu maladroit de la vie

Par quel courant me laisser porter

Quel estuaire aborder où

Je me reconnaîtrais

Du bout du bout des doigts

Je ca-resse l’invisible

Je largue les amarres des images et des sons

Pour retrouver un ciel vieilli par la nuit allongé méconnaissable

De ces ciels qu’ont ne devine même plus

Tellement croire nous permet de rêver

Je ne rêve plus

J’ai été touché par la grâce

Et c’est pour moi devenu une illusion

On m’a coupé quelques racines

Celles qui m’auraient fait mourir

Mais qui étaient les miennes…

Il me faut réapprendre la vie

Comme un enfant révolté et fou

Qui n’en fait qu’à sa tête

Réapprendre qu’avoir peur

Est une nécessité

Que le matin

C’est chaque jour

 

07:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Beau texte d'espoir, une route...
Bises et belle journée de Pâques

Écrit par : Ile | 23/03/2008

reapprendre la vie , oui à tous âges comme si on devait sans cesse rechercher le centre.
beau texte JL,
amitiés à toi, même si de loin en loin, j'espère que tu vas bien .

Écrit par : if6 | 25/03/2008

Ile, merci et tu sais par ailleurs qu'il en faut...de l'espoir

if6, merci à toi aussi, toujours aussi fidèle et oui tout va bien...maintenant...avec dans la tête quelques changements qui viennent du coeur...

Écrit par : JLG | 26/03/2008

Oui, réapprendre à avoir peur..
très touchée par de beaucoup de mots ici..
merci, à bientôt

Écrit par : celiaK | 02/05/2008

Les commentaires sont fermés.