UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2009

Déplier le bonheur

1336240741 - copie.JPG

Il fallait rêver d’une envolée

D’une absence définitive

D’un souvenir d’écorchures aux genoux

Des moments inspirés où l’on se sentait  invincible

Il faut bien se réconcilier avec cette terre coquelicot

Renoncer aux odeurs de thym et d’argile humide

Préserver ces regards et ces mots  qui vous construisent un squelette

Unique

Au risque

De naître pour rien

Dans cette absente absence

Un souffle de vent à peine ébauché

Une larme qui renonce à couler

Une paupière qui n’en finit pas de parler

Un sourire qui se dévoile et inonde le monde

Un voile enveloppant de tendresse

Un désir

Déplié sur le cœur

Comme un mot doux l’oubli d’un glissement de bonheur

Décaler le regard

Jusqu’à  entrevoir le silence

Vous crever la voix

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Alors la vie n’en finit plus de couler, les bois se déchirent de leur silence et la vie passe de l’âge de l’enfance à celui d’une coque disloquée par les regrets.
Il fallait remonter jusqu’à la mer, s’écorcher de l’arbre vif aux récifs noirs des tumultes, gagner le souffle large du vent pour déchirer ces voiles du passé et naître, n’être…qu’un bateau vivant.

Écrit par : vivian | 10/10/2009

Un bateau vivant ivre de vie
qui ne demande qu'à se souvenir
raccommoder le passé
des plis du présent
qui nous révèle à nous-mêmes
Merci vivian

Écrit par : JLG | 10/10/2009

déplier le bonheur...
c'est beau, se souvenir qu'il existe, lui faire prendre les vents, le mettre au soleil, lui faire prendre la mer. Un bonheur comme un drap un peu rêche oublié qui ne demande qu'à se déployer... à vivre

Écrit par : passante | 11/10/2009

Les commentaires sont fermés.