UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2009

En-vie de vivre

1.jpg
1.jpg

Je te retrouve grand père

Au bout de la jetée

A chaque incertitude

De mes pas dans le sable

A chaque extrasystole

D’un monde qui se désapprend et se renie

(Je  t’ai souvent cherché dans

La cabane de cantonniers

De la tour Eiffel où tu as passé

des nuits et des nuits……et qui n’existe plus

je suis même allé au pied de la statue de Joséphine

aux Antilles

où tu cuvais tes nuits blanches et noires de solitude)

A chaque mouvement irrégulier du vent

Dans chaque rafale de tes mots vibrants d’humanité

A chaque frémissement du silence caressant

Je te retrouve

Quand je me perds

Quand je ne me reconnais plus

Quand je ne retrouve de ma force passée

Que la gracile identité de l’homme qui glisse

Entre mes paupières exorbités

Vertige illicite de se savoir vivant

Palpitant de nacre salée

Je me retrouve en toi, je me cherche en toi

Qui n’es plus qu’une âme de coquillage

Je me retrouve au bout de la jetée

A tes côtés, t’apprenant à pêcher

L’orphie ou le tazard

En attente de clouer le soleil naissant

à nos yeux complices , familiers

en attente du temps qui reste

du temps volé innocemment

à tes mains de pétrisseur de pâte à pain

tu ne serais plus l’ouvrier à 36 centimes la baguette

qu’il te fallait travailler pendant seize heures

pour nourrir ta famille…

tu n’irais pas jusqu’à 65 ans attendre une retraite

qui t’a précipité immanquablement vers  la mort l’année suivante

nous irions nous enfiler deux ou trois « fillettes »

de mauvais vin d’Anjou  près de Saumur

en regardant la Loire creuser ses niches souterraines

de mystères et de tuf

et tu m’apprendrais encore

à avoir envie de vivre…

envie de te survivre…

grand-père

 

16:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

15/05/2009

le temps qui reste

22:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Frisson

FILE4498c - copie.JPG
(photo JLG)

J’ai comme un frisson

De terre qui me traverse l’échine

Une brume caressante qui noie mes yeux

des cheveux de mer

j’ai des pierres plein la bouche

à éclater mon sourire

j’ai cette fissure où s’engouffre

Le regard inventé par l’aurore

j’ai les mains ouvertes à l’attente

de ces nuits apaisantes de désirs

un tremblement de pluie

à fleur d’oreille

qui réveille la tendresse

enfouie des cœurs asséchés

cette fragilité qui m’enveloppe

de la force des tempêtes

bonheur volatile d’un instant arrêté

aux berges de mon cœur

fusion incessante de l’odeur

des bouts d’étoiles

arrachées à la renaissance

de gestes oubliés

te prendre par la main

et t’emmener loin du tumulte

quotidien de l’oubli

réapprendre la tendresse

18:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

08/05/2009

L'instant

FILE2583.JPG
(Photo Jean-luc De Laguarigue)

 

J’ai un violon dans le cœur

Vibrant en écume de mer

Psalmodiant la bise qui mêle nos sangs

Sur un air de bossa nova, bossa, bossa…

Ou de zouk kolé Séré séré

Un silex tranchant insolite et bleu

Une peau qui se tend comme une lame

Aux sourires sucrés des femmes

Naufragé aux fers de mes frères

Je suis de ces terres

Qui butent sur la vague

Et jamais ne s’en remettent

De ces terres de liberté

Et d’emprisonnement

Parce que la mort est en vie

Un passage de lumière

Et de silence où serein je respire

Des dunes effritées de soleil

Des blessures de l’avant

De l’évitement du meilleur

Je n’ai que des souvenirs de justice

Des proies de solitude

Des violences insatiables

Des tendresses à partager

des regards à donner

Des larmes où se perdre

Je suis une plage déserte

Où des amants se sont enlacés

La trace sensuelle sur ma peau

Brûlante de désirs qui ne m’appartiennent pas

Qui pourtant sont de mes rêves, de mes rêves, de mes rêves

Le voile d’une réalité qui m’échappe

Une île engloutie

Quelques mots à ne pas dire

Juste à l’oreille un murmure à défendre

Un balancement de hanches

Une émotion sans raison

Etre là un instant

Seule-ment

Seul...

 

18:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)