UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2008

"Sei que me esperas"

Sans titre -3 copier.jpg

J’ai regardé les terres noires

Contemplé peut-on dire

A user la pupille du temps

Pendant des heures

Dans l’immuable

L’infaillible stabilité du monde

Jusqu’à la fatigue la plus intense

J’ai regardé la pierre

Sans craindre de plisser les yeux

Sans sommeil ni larme

j‘ai provoqué la terre

jusqu’à m’en imprégner

charnellement

j’ai perdu du temps

un temps infini

à ne plus savoir le mesurer

j’ai accepté de ne plus mesurer

de ne plus me mesurer

juste se mêler à l’impossible

se reconnaître dans l’insaisissable

du regard vif minéral

d’une roche qui s’effrite, vibre

et vit

comme dans celui de l’enfant

du dehors

que je suis

 

16:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

J'ai l'impression que je viens de "tombée", venant de chez Aslè, sur du lourd, de l'important qui demande à être lu tranquillement. Je reviendrai.

Écrit par : ariaga | 10/10/2008

magnifique , puissant , ariaga a raison pourtant j'arrive là porté par le hasard , souffle de vie , enfin !

Écrit par : lam | 18/10/2008

Un souffle léger m'envahit
et vos mots à toutes deux
arrondissent la dune du silence
émotion qui perle aux rebords du sourire
merci
jl

Écrit par : JLG | 28/10/2008

magnifique poème en accord avec l'illustration
dont il me semble reconnaître le style Kim en Joong?

Merci

Écrit par : adeline | 12/11/2008

L'illustration est un tableau de KLA, un peintre avec qui je travaille sur des thèmes que nous mettons en commun.
Merci de votre visite
jlg

Écrit par : JLG | 12/11/2008

Les commentaires sont fermés.