UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2006

Réveil

Je suis le scribe

de ma Mémoire oubliée

Et j'ai du sable

dans la bouche...

medium_pict0114.jpg

07:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

"J'irai m'agenouiller devant l'autel de la rencontre, là ou la terre et la mer fraternisent,
je verserai des graines de prières là même où le soleil, la lune et les étoiles cachent parfois des tresors de lumière que l'homme ignore encore !"
E.Pezo

Écrit par : jeanne | 10/05/2006

Quelques mots comme un ressac, un écho salé...

Pouvez-vous en dire plus à propos de votre illustration?

Écrit par : Chris | 10/05/2006

Anse Caffar(d) une plage où les courants sont implacables, face au rocher du Diamant en Martinique...Les vaisseaux des Négriers s'y sont faits piéger...piégeants du même coup les centaines d'esclaves à bord...ces monuments témoignent tragiquement de cette mémoire incarnée de l'esclavage...jour de reconnaissance...et de douleur!!!

Écrit par : JLG | 10/05/2006

Merci JLG pour l'explication. Il y a une tension non seulement dans ces statues têtes baissées face à la mer, mais aussi dans le ciel qui se plombe. La photo est parlante même si elle ne raconte pas l'histoire exacte elle évoque le drame et plus la tragédie.
Enfin, je fonctionne un peu comme une éponge, il me manque souvent les mots pour dire le flot du ressenti émotionnel qui est très fort chez moi. J'avais perçu de la tristesse, je voulais savoir pourquoi.

Amitiés

Écrit par : Chris | 11/05/2006

JLG,

... je suis effectivement cette passante (métisse du Canada) que - paradoxalement - vous connaissez déjà sans doute mieux que quiconque puisque je me blottie aussi contre les pierres du dernier rêve... Que les quelques mots que je grave timidement ici vous plaisent, c'est un immense cadeau que de le savoir. Merci.

mais qui donc
saura qui nous sommes qui
viendra nous toucher juste là aux limites
de nos corps pierres et courbes
qui prendra le temps qu'il faut
pour ne pas que nous tombions

Grand sourire, Ozalik-des-pierres-et-des-brumes

Écrit par : Ozalik | 12/05/2006

rivés aux ombres, des hommes et des femmes, peut-être même des enfants dont les pleurs sont gravés à la limite des sables.
je comprends maintenant ce goût de sable dans la bouche,
cet amour des pierres et des fissures , cette douleur d'homme restée là en naufrage.
tes textes et dessins sont un beau cadeau aussi. amitiés

Écrit par : if6 | 16/05/2006

cette photo est extraordinaire
amitiés

Écrit par : frenchpeterpan | 31/05/2006

Les commentaires sont fermés.