UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2014

Joe

C'est une histoire qui finit

certains diront une légende

et pour une fois, je ne suis pas loin de le penser...

tu nous as accompagné Joe pendant tellement d'années entre Vincent, Philippe, la fac et les spectacles qui n'en finissaient pas...Nous t'avons tellement aimé, je t'aime encore.

 

20/12/2014

à la vie à la mort

pp.jpg

Seule

comme une mer sans ressac

un arbre couché attendant la repousse

tu vaques chaque nuit

à la recherche

de l'ombre qui t'habite par effraction

que tu as oubliée

où tu t'es égarée

dans les rencontres

avec tous ceux

que tu savais si bien écouter et rassurer.

Seule

tu avales les heures de la nuit

comme une boulimique de silence

qui ne s'en remet pas

de ne pas être entendue

de ne plus s'entendre.

frigorifiée

par ces nuits et ces jours

sans lune

enroulée dans ta couverture

tu ne te reconnais plus

tu as oublié

les odeurs de pain grillé

le matin, au réveil quand le soleil

strie ton corps de lumière

tu as oublié

combien j'admire ta force

donnée en pâture aux métastases

de la tristesse qui la délitent

dans un lent mouvement inattaquable

tu restes droite

le regard un peu perdu

ne comprenant pas ce qui t'arrive

et pourquoi, toi,

qui a toujours été si juste

simple et attachante

comme un sourire d'enfant

Seule,

je suis seul aussi avec toi

à ne savoir que dire

à ne pas appréhender cette crevasse profonde

qui me gagne aussi, se prolonge en moi,

à oser la prière

qui ne s'adresse à aucun dieu

qui s'adresse à notre monde autiste

Cette tristesse c'est la mienne

je la vis

je l'entends

je la sens palpiter

dans ce fracas où personne

n'est attentif à l'autre

tout juste à se mettre en valeur

exister, être reconnu

et soigner ses gerçures narcissiques

Je me sens handicapé

à ne pouvoir te soutenir

à croiser mon regard avec le tien

pour te donner un amour

que tu ne reconnais plus...

Je pourrais être las

mais je sens toujours

sous ce grimage de fortune

la femme que tu es

cette herbe douce

indocile aux vents tourbillonnants

et qui va forcément se reconstruire

discrètement

enfouir ses racines dans un sol gelé

et seule

à l'écart de tous

comme une femme debout

puiser cette sève de vie

qui fait manque

césure, béance,

appel à vivre

 

vivre

 

tout simplement

16/12/2014

Coeur à Corps

tumblr_mu04eyVZw51swtanyo1_500.jpg

 

Une pluie de rêves oubliés

inonde les rivières de mon corps

 

Je sens ma seule certitude

dans la solitude bleue qui cerne

les falaises du coeur

 

la grisaille, ce matin, illumine

la terre d'un reflet de larme naissante

 

je m'émerveille de cette rencontre

à l'allure de sourire

échangé

partagé

dans la rue, sans raison

une complicité

consumée

telle un regard posé sur la terre

une connivence de toujours

ancrée dans l'âme minérale

de la pierre

une familiarité, une appartenance reconnue

une filiation

qui unit tous les exclus

et rature maladroitement les injustices

 

à creuser la terre où il n'y a pas d'arbres

j'ai trouvé les racines des hommes

 

je sens la puissance de cette force insoumise

cette volonté d'enfant

d'un royaume sans roi

où chacun

dans ce passage éphémère

en forme de paume levée, qu'est la vie,

a pu se dire un jour

« j'y étais »

et

laisser une trace anonyme

dont personne ne se souvient

mais que la terre garde

intacte

enfouie

dans sa respiration

qui souvent nous paralyse de stupeur

parfois de bonheur

donner un simple sens au refus d'oppression.

Convoquer chacun dans sa singularité ineffaçable

Etre sans Parlaître

Naître qu'à soi-même

Nu

dans un cri sans fin

 

épicé d'aube incertaine.

 

18:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

12/12/2014

5 h 57

3502_287482471354134_1248238378_n.jpg

5 h 57

Il avait mal dormi…

 

Un matin de pleine lumière

Après avoir avalé son 7ème café

comme pour conjurer ses 7 arrêts cardiaques

il se laissa prendre

par « la configuration du dernier rivage »

Plus que personne

il savait qu'il ne fallait pas plus

« que quelques secondes pour effacer un monde »

des rives de l'aphonie

d'où il tirait les principaux traits

de son caractère

Il avait tenté et tente encore

de faire de la vie son alliée…

Il se répétait ces mots

d'un auteur moderne

qu'il avait trouvé

sur l'étagère du WC

(L'espace entre les peaux

Quand il peut se réduire

Ouvre un monde aussi beau

Qu'un grand éclat de rire.)

Quel nouveau désir

pouvait-il donc attendre

encore

il avait fait un trait sur sa vie

par peur de le faire sur sa mort

il savait qu'il allait mal mourir

comme il avait mal vécu

il ratait toujours ses départs

et ne s'en consolait jamais

il en avait pris son parti

Chaque rencontre

rend compte

de ce désir de partage

qu'il savait illusoire

un aphorisme inutile

qui ne suffisait plus

à combler la brèche

qui le séparait du monde

qui le séparait surtout de lui-même

il était calme et heureux

le goût sucré de sa peau

l'envahissait

Il savait son absence

bien plus indispensable que sa présence

des herbes rouges

au fond des yeux.

 

 

07:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)