UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2013

Une pincée de sel

1-DSC_0116.JPG

 

 

Le silence panse mes blessures

Et tes mots les cicatrisent

Ta voix est un violon

Qui répare les failles de mon cœur

Il est des frissons qui soignent

L’évidence de notre solitude

L’exil de nos souvenirs

La fragile audition du murmure

Ce mot sans mot

Qui en dit plus que tout discours

Cet avant-Don où l’on s’abandonne

Abandon secret de la vérité

Celle qui charge les épaules de l’homme

Sans jamais lui faire courber l’échine

Don de l’exil des mots

Brûlants notre conscience

Flammèche du Réel qui nous investit

Que j’aime ton sourire sucré

C’est un souffle volatile qui apaise les blessures

Un souffle d’ange échappé de l’archet qui saigne

Quelques notes improbables

Le regard invisible d’une mère

Une caresse inventée qui ne touche que les larmes asséchées du cœur

Une chair frémissante qui oublie sa fragilité

Le regard calme du vent qui se pose sur nous

avec une odeur de terre et d’eau

Le sacrifice de la terre à nous révéler l’indispensable beauté

Que d’incapacité de dénuement à nous ouvrir

A notre propre incomplétude

Je ne veux être qu’une poignée de graviers

Un vent de sable

Qui vous fera cligner des yeux

Un murmure qui ne vous dira rien que vous ne sachiez déjà

Une pause un instant une absence

où rien n’est plus pareil

le reflet pâle des mains d’un homme

les larmes de mon grand père

posées sur la terre où il est né…

le souffle de l’absence

19/03/2013

Le télégramme bleu

Photo riou 016 copier.jpg

(Photo JLG)

 

 

Aux rives de notre cécité

Rien ne se dit

Qui n’ait été déjà dit

Les mots cloués aux rides du soleil

Pleuvent les larmes

A déchirer l’oubli

Il reste quelques mensonges

Comme des brûlures sur la peau

Les pensées de l’ombre

Qui ne se prêtent pas à sourire

Envahissent  nos corps

Palpitations  répétées

Des empreintes indélébiles

De nos insomnies

Cauchemar du réel

La terre a la migraine

Mes rêves  de monde bleu

Sont en apnée

Et je fais des tas de  souvenirs

Comme on partage après  un holdup

Je ne sais plus qui sont les voyous

Les acouphènes du bonheur

Me sont devenus étrangers

Un rai de lumière

L’ombre d’une fissure

Mes seuls vrais compagnons

Ont désertés ce monde

Et pourtant je ne me résous pas

A espérer et à aimer

J’attends le télégramme bleu

Qui annonce le réveil





03/03/2013

Il...

P1130770.JPG

 

 

La marée dessèche

La couverture de mes yeux

Je n’y vois plus

Que le calme trompeur du silence

Un silence de mort naissante

De ceux qui apaisent le tumulte

Des angoisses répétées de l’enfance

J’ai accumulé  dans mes poches percées

Plus de galets que de souvenirs

Chacun a sa vérité, sa puissance, ses faiblesses

Ils se sont dispersés lors des grandes marées

Certains ont passé la barrière de corail

Pour se perdre sur la plage

Pour que ma main les saisisse les caresse

Avec la certitude de l’importance du geste

Avec la ferveur des lendemains sans lendemain

Qui nous parlent avec les vrais  mots du cœur

Chapelet de petites pierres

Qui ressemble à ma vie

Chapelet  de rêves ancrés dans le sable

Comme les mots de ma bouche à ton oreille

Ne rien dire d’essentiel

Que la vérité de nos rencontres

Dans le fracas de l’absence