UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2010

Après Coup

36462363_p.jpg

 

Je n’ai que trois ans

Et quelques jours

Les mots ensablés de l’amour

Ont enflammé le silence

La mort est loin du sommeil

Le regard tubulaire des cristaux de crocoïtes

Ont répandu des flaques rouge sang

Embrasant l’aurore

De souvenirs incertains

D’homme à reconstruire

Sortilège du désir

Vivre ou mourir

La frontière escarpée

Glissante du vertige

Me précipite du haut de la falaise

En équilibre instable

Et gracile   odeurs de terre

A peine perceptibles

Tout pouvait s’arrêter là

Tout s’est arrêté

Jusqu’à revivre inopinément

Presque par surprise

Et réapprendre

Le rythme des marées

Se réapproprier les rides oubliées

De l’épaisseur des conflits

Des amitiés partagées

Des rires sans raison

L’évidence de la folie des hommes

Asphyxiante dérisoire

Je suis d’un autre monde

De celui où l’on se sert la main

Où l’on croise un regard avec tendresse

Comme on tend une fleur

Pour le plaisir de faire plaisir

Concilier l’émotion d’une présence

De celles où le silence remplace tous les discours

Ces présences  nécessaires

Qui avec le temps

Vous reconstruisent

Pas à pas

Mot à mot

Insensiblement

Inéluctablement

Et parler

De l’indisable

 

Commentaires

"Se réapproprier les rides oubliées de l’épaisseur des conflits des amitiés partagées"
Quel beau programme, je partage cette idée du boire jusqu’à la douleur et au rire apaisés, prendre le silence en amitié et marcher loin.
J’ai apprécié votre écriture
JMS

Écrit par : jms | 07/11/2010

De jolies pensées exprimées pour un beau partage.
Néanmoins je me permets de vous signaler une petite faute de frappe qui dérange votre texte: " de celui où l'on se sert la main"...(au lieu de l'on se serre la main...)

Écrit par : JADE | 08/11/2010

Merci JMS de vos encouragements
dans la reconstruction d'une mémoire
à ne pas céder...à préserver en vers et contre tout

Écrit par : JL Gastecelle | 28/11/2010

Merci JADE dont la perspicacité me fait découvrir
un lapsus qui ma foi, ne me déplaît pas totalement
la main ne devrait-elle pas plus souvent servir...s'offrir
en partage...j'ose donc avouer ma servitude au savoir.
(supposé of course)
Amicalement
JLG

Écrit par : JL Gastecelle | 28/11/2010

Les commentaires sont fermés.