UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2010

Par delà les nuages

Photo riou 066.jpg

« Il y eut les landes sauvages, et puis il y eut le rivage, et puis il y eut l'océan. Partir toujours et n'arriver jamais. On quitte les lieux, on quitte les autres, après, on se quitte soi-même. On ne se remet jamais de tous ces départs, de tous ces abandons. On vit dans un temps écrasé. »

Franck

 

C’est vrai

On ne se remet jamais

De tous ces départs

 

On recristallise

Les contours du cœur

Ecorchure après écorchure

Nous avons la patience des pierres

A nous déliter

Avec délicatesse

Avec pudeur

En silence

 

Ce tremblement de rosée

Nous émeut encore

Tout est muet

Dans le sillage des mots

 

Il n’y a que le blanc

Qui efface le bleu

Un rêve incertain

Crevasse nos réveils

Qui efface le poids du vent

 

L’humidité a le pouvoir des herbes folles

Un vallon me poursuit

Assèche ma paupière

Il est temps

De tant de temps

 

Les larmes de tes mots

Risée inattendue

Tendue de lumière

Partage le rêve

 

Nuages

Destination de l’improbable

Où l’émotion

S’écrit

Comme une pluie de fleurs

11:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Névé en espoir l'immaculée qui temps danse...

Bien à vous

Écrit par : Alain Gojosso | 04/04/2010

Tendance soutenable
d'un espoir tant à-temps-dû
nu-age ou né-vé
la force intemporelle soutiendra
notre rage
de vivre
Merci à vous Alain G

Écrit par : JLGastecelle | 04/04/2010

Juste un passage, comme ces nuages en destination de l'improbable, c'est tout à fait cela

Écrit par : lutin | 11/04/2010

passage nécessaire
comme un tremblement de rosée
Merci
Amitiés
jl

Écrit par : JLG | 15/04/2010

Les commentaires sont fermés.