UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2008

Folie

195415093.jpg
(Photo JLG)
 

Taire d’asile

Au delta de tes lèvres

Faire et refaire sans cesse

Et pour se faire, se taire

Aube de terre aride en exil

Avide comme une bouche

De gelée de printemps

Où l’innocence n’est qu’un rêve

Juste croire qu’on peut faire

Au tranchant de tes doigts

Infibuler l’aphasie de nos cris

Imprévisible révolte

Où le passé est un oubli

Et ne se conjugue même plus avec l’espoir

Je criiiiiiiiiiiiie

Jtem vachement

Jtemmmmmmmm…jeeeee t’…

Incorrigible élan de lumière

Intonation étonnante

D’une langue sans parabole

Qui ne communique

Que dans la folie

09:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

la langue chair fragile déclinée du cri
le cri décliné dans la langue
du poème
merci pour ces mots que tu partages
c'est toujours grand plaisir
de te lire.

Écrit par : if6 | 11/04/2008

Ce cri c'est le silence qui s'échappe quand on a si mal que même les larmes ne peuvent plus rien pour partager la souffrance...mais il s'entend et toujours parce que c'est ça la force de l'amour.

Ce texte me parle, il me parle de ma mère, je le lis comme ça parce qu'avant de cesser la parole, elle est devenue folle...mais pas dans les gestes, ni dans les signes. Alors elle est toujours restée ma mère.

Voilà...La souffrance des autres nous ramènent à la nôtre...mais il n'y a pas que la souffrance à partager.

Et encore te dire...dans la folie on communique quand on s'aime.

Écrit par : & | 11/04/2008

Merci if pour tes très beaux mots

Très touchant & et effectivement ça communique ailleurs aussi et le partage aussi

Amitiés à toutes deux

Écrit par : JLG | 12/04/2008

Les commentaires sont fermés.