UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2006

Appelduboutdeleau

mardi soir tard...

 

 

medium_couleuvre0820.jpg
Là, il y a dix minutes

 

Une coccinelle s’est posée sur mon cœur

 

Elle a mis des mots de sel et de cannelle

 

Sur ma peau

 

Ça disparaît  avec les larmes

 

Je n’ai pas tout compris

 

De son histoire

 

Qui m’a semblé être la mienne

 

Elle a tissé des racines au bout de mes mots

 

Jusqu’aux sables de Couleuvre

 

Des alluvions de mémoire épicée

 

C’était une coccinelle Créole

 

(A points rouges)

 

Qui m’a rappelé à ma nanni,

 

(Que je n’oublie pourtant jamais, mais là, elle était vraiment présente)

 

A ce pays du boutdelamer

 

Qui vibre dans chacune de mes respirations

 

Chacune de mes paroles

 

Ce pays de fougères et de vents

 

Ce pays de moiteur et de labeur

 

Ce pays qui est le mien, un peu (Rappelle tu me l’as donné Caso un soir de Rhum où nous étions frères…nous le sommes toujours).

 

Pour presque rien,

 

Une coccinelle de fin d’automne,

 

J’ai senti la terre me sourire

 

Et j’avais tes mains dans mes mains

 

Et j’étais assis avec toi à Bois Quarré

 

Sur la terrasse

 

Regardant la nuit

 

Noire et blanche

 

Sans un mot

 

Sans un silence

 

 

 

 

 

13:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

"Sans un mot, sans un silence"...
Ile

Écrit par : ile | 07/12/2006

"De silence en silence, feuilles de nuit
s'évapore le sommeil et s'étire encore le jour...."

Écrit par : nagra | 08/12/2006

Les commentaires sont fermés.