UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2006

Sans titre

medium_000_0545.jpg
peinture de KLA
Corps souffrance Trace

La Quête du paradis terrestre: 1ère heure du neuvième jour

medium_1988-72-2.2.jpg

 

Peinture de Michel Suret-Canale 1988

(trace d'humain)

21:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

15/07/2006

Insouciance

 

J’écris pour te savoir vivant

 

J’écris une herbe dans le cœur

 

J’écris une pierre dans la poche

 

J’écris un mot échappé de la bouche

 

J’écris dans la frayeur de la rencontre

 

J’écris pour ne plus avoir peur

 

J’écris comme on verse une larme

 

J’écris comme un cri dérisoire

 

J’écris une poignée de mains

 

J’écris pour faire semblant d’exister

 

J’écris pour souligner le temps

 

J’écris pour avaler le sourire des enfants

 

J’écris pour deviner les racines du soleil

 

J’écris pour me libérer de mes peurs ancestrales

 

J’écris pour me deviner dans tes yeux

 

J’écris pour te donner la parole

 

                                            

 

J’écris pour les ricochets de douleur

 

                                         Ricochets de bonheur

 

J’écris pour me sentir humain

 

            Et ne pas rester caché sous les draps mutiques

 

 

19:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Bleu

medium_000_0541.jpg

 

Comment apprendre le bleu

 

     Déformation illicite des chairs

 

J’imprime le trait fragile

 

De mes émotions

 

Je ne suis en toi

 

     Que cette partie de toi-même

 

     Qui se refuse

 

     A courber l’échine

 

Long prolongement acide

 

     De la souffrance

 

Je me reconnais dans les ratures

 

     Insistantes de l’oubli

 

Je ne suis que ton cri inaudible et dérisoire

 

Une trace de toi

 

 

18:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

06/07/2006

te voir

 

medium_Photo_epe_006_copier.jpg

 

Juste pouvoir te voir

au dessus de mon écran

comme la trace folle

de ton soupir

la présence du temps

n'en demandait pas tant

et

pourtant tu sais

être là

dans le trait d'ernest

qui coagule l'éveil

 

21:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)