UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2006

D'UN JAIS

medium_antilles.jpg
J’ai convoqué les démons

 

Mes dentelles de littoral

 

Où gravitent les pliures de l’amour

 

Je l’ai fait pour le reflet fou de vos visages

 

L’humanité discrète de vos soupirs

 

Pour que mes perles de jais

 

Accrochent l’articulé de vos regards

 

Comme d’un geste répété des doigts

 

Montrer que la même chair se récolte

 

Vendanges de mes émois

 

Pour lisser les ombres oblongues

 

De vos rêves

 

Je suis insatisfait de n’être présent

 

Qu’aux écorces de ma vanité

 

Douleur en partage

 

Que je sais… ne pas posséder moi-même

 

Mort, je ne suis pas indemne

 

Des auréoles de remords

 

Lignes invisibles de mon aphonie

 

Qui assourdit la naissance du sens

 

Et provoque l’automne

 

Je suis absent

 

Et votre souffrance est toujours mienne

 

 

Il y a des respirations qui creusent des chemins de printemps

 

Il y a des regards où naissent des enfants

 

 

09:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

dentelles ,pliures, reflets
discrétion des perles de jais,
et cette insatisfaction de n'être là que dans la vanité partagée
avec l'autre.
salle de spectacle vide?
s'absenter du monde à la robinson crusoé.. ? et ta dernière phrase sublime par ce qu'elle porte d'espérance, ces regards où naissent les enfants..bien à toi,

Écrit par : if6was9 | 05/03/2006

Vous savez que j'aime, et pourquoi.
Et oui... Cette dernière phrase...

Écrit par : S. | 05/03/2006

oui, j'ai des îles
pour chaque jour
la chose que je sais le mieux faire
M'absenter
M'isoler
et partager la solitude
je fais ça chaque jour
Merci "si t'étais" mais tu es!

Chut S
bien sûr je le savais
mais ce qu'on sait a besoin de se relire
dans la marge des yeux des proches

Écrit par : JLG | 05/03/2006

Les commentaires sont fermés.