UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2009

L'Autre

rimbaud - copie.JPG
(Affiche Ernest Pignon Ernest)

Immobile, presque contemplatif

Séduit par le balancement imperceptible du ressac

Dans la solitude d’un océan de bouches ouvertes

J’écoute la vibration terrible d’une histoire

Qui n’est pas la mienne

Qui est aussi le mienne

Petit d’homme toujours sur la brèche du tumulte

J’ai besoin de vos yeux pour me reconnaître

-Pour me voir-

Besoin de vos larmes et de vos joies

De vos chagrins et de vos révoltes

Pour mettre mes pas dans des traces à inventer

Quelle lisière me tient debout

Inaugurer l’invisible regard

Qui sans un mot me dira le chemin

Qui mène jusqu’à moi

Qui mène jusqu’à toi

Les gerçures du sol me sont familières

Autant que le vent dans les branchages de mes pensées

Artefact insaisissable de l’orgueil

En chaque chose il y a de moi

Il y a de toi

Ce passage mal entendu d’une rencontre

Ce merveilleux voyage

Où tu

existes

 

img983 - copie.jpg
(Photo jlg )

 

 

10:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.