UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2008

Ne pas écrire

29133133.jpg

Bleue comme

La fissure de la mer

Bleu vulnérable

De l’automne à paraître

Les blessures seraient-elles

Les sens de la vie

J’ai posé

Un buvard sur ma bouche

Pour aspirer les larmes des maux

Aligné consonnes et voyelles

Pour articuler ton nom

Et me sauver de l’attente

répétitive des profondeurs

rêver

que le bleu est bleu

couleur tentaculaire

de l’oubli

où je me noie

et refoule sans cesse

les aspérités

de l’arc en ciel

je trace

comme une peinture de guerre

avec mes doigts sur ma poitrine

l’insondable cri bleu

qui vient de nulle part

et qui pourtant m’habite

 

17:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

déclinaison du bleu
outremer
les étoiles admirent
d'en haut
cette peinture
de guerre lentement
dessinée sur ta poitrine

ce poème est très beau Jl
en tout cas il me touche beaucoup
amicalement à toi. :)

Écrit par : if6 | 29/08/2008

Les commentaires sont fermés.