UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2008

Pour y voir

5b90f1796999138e7ae506f77c04adb9.jpg

La mer est invisible

Et je m’y suis allongé

Une parole sans ride

Au fond d’un abîme

Comme pour me souvenir

Que notre histoire

N’est inutile à personne

Changer de regard

Infime mouvement

De peau qui creuse le temps

Comme un sillon de terre labourée

Rester debout

Face à sa terre

Celle que l’on choisit

Linceul abandonné

De notre enfance

Rire croisé de nos rencontres

Autant de traces aveugles

Laissées par le silence des corps

Autant de rêves que le vent

N’efface jamais

 

Commentaires

juste la trâce d'une empreinte, amoureuse de la mer et du vent j'ai aimé cette lecture.

Écrit par : lutin | 14/01/2008

Merci à toi qui passe de temps en temps comme une empreinte d'une certaine fidélité et avec le plaisir de tes mots encore et encore...
Amitié

Écrit par : JLG | 14/01/2008

Les commentaires sont fermés.