UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2017

Nathanaël

natha photo1.jpg

 

tu te souviendras de l'odeur de ta mère

des notes florales de garrigue, volatiles et sucrées

parfois animales et sauvages

tu te souviendras

de ces corps à corps incertains

où la peau se mêle aux transpirations intimes

tu te souviendras

de ses cheveux noirs bouclés sur tes joues

comme autant de caresses effacées

tu te souviendras

des temps

où elle t'enveloppait

à te faire croire

qu'elle était tout pour toi

tout toi

tu te souviendras

cette fugace sensation où

tout ressemblait

au sourire de ta mère

De tes neuf mois

tu te souviendras la colère

enfouie

d'une cruelle cassure dans l'oubli.

D'un souvenir qui s'est brisé, fissuré

dans le Réel de la vie

Tu ne sauras pas dessiner son visage

que tu auras oublié

et qui pourtant t'accompagnera.

Tu ne te souviendras plus d'elle...

morte le jour de la saint Amour

accrochée à celui qu'elle te portait

et pourtant il te transporte

comme une main qui te dresse

un souffle dans ton cou

elle respire dans ton sourire

s'apaise dans tes mots.

Tu ne te souviendras plus d'elle

dans le monde des grands

mais dans celui des bébés

elle ne te quittera pas

même si tu ne savais pas encore

l'appeler « maman »

elle est ta mère

 

 

 

Ton grand-père le 9 août 2017

Écrire un commentaire