UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2006

ORIGINE II

medium_traces.jpg

En amont du dégel
J’ai froissé l’étoffe des souvenirs
Comme un poème de jeunesse
                Feuillet inutile
                Mille caresses aux tempes du désir
Drapé des vacuités insolubles
                                Des ondes de ma mémoire
C’est indigo entre tes cuisses
Le séisme de mon silence   Malentendu
A dispersé les roches intimes du sourire
Je me plonge
                   En mon puit noir
Vestiges vierges et insensibles
De mon ébauche
Je sais en ton regard lire
           Les gestes avares de la vie
           Soupçonner la rigueur du frisson
« Il y aurait presque la forme d’une goutte entre deux pentes »
Et les tresses du vent
C’est limpide lisse et pénétrant
                Le profil des corps attachés au serment des pierres
Ta bouche ouverte
J’écris sur les berges de crevasses
             Où murmure le plaisir
Le silence hésitant des corps
S’attarde inlassablement
A l’étendue des rives de nos doigts
Et pourtant
Ma peau humilie
Le grain fragrant et rêche
Du tissu
Entravant le sourire
Et la béance étroite
Blanche
De l’éveil


Il installe un linceul
Pour traquer le souffle antique des émois

.

21:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Le profil des mots attachés au serment des corps... et des pierres, me berce ici, ce matin.... Ce texte est d'outre beauté, d'outre désir....

Écrit par : S. | 10/02/2006

Les commentaires sont fermés.