UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2021

Sans retour

PICT0117.jpg

 

Déchirer le silence

Et s’abandonner au réveil de la langue                              la transpiration du cri

Ne plus se soustraire à la lecture des corps                               lésion imprévisible du sommeil

Prendre à la lettre l’écriture des caresses                         les rimes du temps traversent les océans

Et pouvoir dire comme l'enfant :

                                        ...perdues mes dents de "laine"                  rafale épuisée de silice

et rêver comme on pleure:

                                          Ma mère ne m'abandonnera pas...

J’ai pourtant rêvé les "câlines" de vampire                          les crocs du langage

Apprendre à tout parler

Dérouler l’ourlet cicatrisé de ton oreille

Pour que quelques mots agencent             matrice             le réveil de l'oubli

Insensible et présent

comme longue attente

Articuler l'aurore de nos nuits                     une herbe dans le cœur

L'île est longue et impénétrable            bagne du sourire       tes gestes multiplient le rêve

Pluie de caramboles sous nos pieds renversés                            racine incertaine

D’une terre noire souterraine                                         résilier le bail de l’offensive du savoir.

De ses mains naît le sourire

De ses yeux la langueur des plaintes

Il est illusoire de croire au blasphème. Rien ne se répand plus que le désarroi des hommes. Il y a des cœurs exilés au-delà des mers. Juste retour des indignés.

De sa bouche jaillit le cri

De ses mains s’ouvre l’attente

Le soleil ne croit plus au réveil de l'âme

 

 

 

Écrire un commentaire