UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2015

Doux Leurre des corps

 

 

 

Petit Retour en arrière avec cette publication dans CREAPHONIE fin 2014...Esquisse d'un exposition antérieure avec Guillaume POUPARD

CLIQUEZ

tumblr_mzvecrCDdb1qlq9poo3_500.jpg

09/06/2015

Pire que pierre

1623615516.jpg

 

J'ai mis dans chaque pierre 
Une larme arrachée à la mer
Un sourire d'enfant turbulent
Un geste, une main ouverte
Dans chaque pierre
J'ai mis quelque chose d'humain
Quelque chose que l'érosion 
N'atteindra pas
Quelque chose que vous sentirez
Quand vous toucherez la pierre


Qu'il ne fallait pas négliger

 

 

 

 

Sur la pointe du Coeur

 

 

 

 

 

 

J'écris tout petit
Pour ne pas rien dire
A peine lisible
Tellement le vent est fort
Que les lettres ne s'évanouissent pas
Juste pour que tu saches
Que j'ai encore des mains
Qui si elles ne savent pas écrire
Sauront toujours
Serrer très fort

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mot Dit

1326097222.jpg

 

oui j'aime ces mots de sang
ces maux murmurés
à l'oreille de ton ventre
comme une caresse écrite
une caresse des cris
suspendus au silence des larmes
une plaie qui me plaît
tant elle raconte une histoire
des replis de ma mémoire
des recoins de ma chair
ou des désirs de sang mêlé
tissage d'émotions
et métissage des rencontres
nos mots ne sont 


que traces sur la peau

D'une autre époque...

Il y a les mots 

                     accrochés aux pierres

comme les larmes de la parole

un chapelet de souvenirs discrets

qui aident à rester debout, écorché mais debout

J'aimerais tant me reconnaître

                        à ta bouche inquiète et lucide

                        à tes yeux qui ne se perdent ni dans le bleu 

                                                         ni dans le noir

                                                         ni dans l'espoir inventé

Je saurai me taire

pour te dire l'essentiel

                        d'une main tendu, offerte à une époque

qui lapide  les chairs et fait espérer le sommeil

J'ai beau tendre mon regard

mon impuissance à polir le sourire, à respirer l'encre sur le papier déplié de tes yeux,

grave en chaque chose

une empreinte nostalgique

romantique, que personne n'entend

le silence devient insupportable à mon oreille

la parole de l'homme

inaudible à chaque douleur

est un "fait divers" dans un journal invendu

Rêver que le temps s'arrête

pour enfin décider de choisir

Ecrire pour se sentir vivant

Ne pas mourir.