UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2012

Le poète a toujours raison

6a00d8341c00c053ef0163062499c8970d-500wi.jpg

 

“écrire le jour, ses odeurs, ses lueurs, ses rumeurs. Ce qui s’approche, s’éloigne” et le lieu même de cet enjeu : le poème “comme une fenêtre. Un petit rectangle de mots qui donne sur ce qu’on ne sait pas”…  Jacques ANCET

 

Entends la chanson

De mon cœur

Elle ouvre des petits carrés de mots

Comme des fenêtres ouvertes

Des souvenirs de rues

L’absence toujours présente

De l’infime si peu infime

Accumulation de « si peu de choses »

Qui remplissent une vie

J’ai asséché le dictionnaire de mon corps

Pour te parler avec les éclats de roche

De mon cœur

Mon aphonie te raconte

La fragilité d’être au monde

Ces si longs silences de l’âme

Qui se dispersent

Comme autant de rêves

A réinventer, à s’approprier

Tu lis en moi l’illettrisme de mes sentiments

Mes déserts et mes tempêtes

Les seules choses insaisissables

Que je possède vraiment

Que je te donne