UA-57948785-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2007

Tout Change

medium_PICT0212.JPG
Le temps décale le temps

 

Je pousse de la terre

 

Mes pieds sont des racines

 

Mon regard me dissimule aux hommes

 

Et pourtant j’apprends tout d’eux

 

Je me croise parfois

 

Comme un étranger

 

Esquissant un sourire

 

Qui fait pleurer les pierres

 

Et crier le vent

 

Je sais la violence

 

Qu’il me faut contenir

 

Alors je regarde la mer

 

Vraiment

 

Longuement

 

Comme si je n’attendais personne

 

Comme si je pouvais me perdre sur l’horizon

 

Comme si j’avais un compte à régler

 

Avec elle

 

Je ne sais plus si je l’aime encore

 

Elle me fait peur

 

Comme les hommes

 

Comme moi

 

Et pourtant je l’ai aimée

 

Dans son intimité

 

Presque totale

 

Presque corporelle

 

Sensuelle

 

Je ne la reconnais pas

 

Elle ne me reconnaît pas

 

Nous avons pourtant

 

Les mêmes cicatrices brûlantes

 

La même nudité

 

Les mêmes écumes frémissantes

 

Du coup

 

Je me demande qui a changé

 

Sans vraiment me le demander

 

Juste pour passer du

 

Temps

 

A

 

Regarder

 

La

 

Mer

 

Et

 

Rire

 

 

Rien ne change

 

Tout change

 

 

 

 

21:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

07/03/2007

Tel Qu'Il Est

medium_PICT0125.jpg
Tel qu’il est                              J’ai croisé

 

Je lui ressemble                       La rondeur de l’absence

 

Un semblable                            à l’adresse

 

Invraisemblable                        Invivable invisible

 

Carapace de                              Du Sujet

 

Différences                              Flagrances

 

En toute indifférence               D’un revers de danse

 

Comme un jeu                           J’ai atteint le peu

 

De miroirs                                Dans le dévidoir

 

Où le feu                                  De nos servitudes

 

S’apparente                              Certitudes

 

Au murmure                              De nos écorchures

 

Tel qu’il est                               Le tranchant

 

Je lui susurre                            De la main

 

Partager est un jeu                   Nous a séparé

 

Où chacun se reconnaît             Des idoles

 

Sans similitude                          Il nous reste un cri écrit absent

 

Dans l’incomplet                        Sur la lèvre fendu

 

De ses attitudes                       Une blessure

 

L’acte parlant                            Sans cicatrice

 

Des vicissitudes                        Qui roule

 

De l’histoire                              Au cyclone de tes yeux

 

N’est qu’un sang                         Perle d’intime

 

Mêlé                                          Courage

 

A ses lèvres                               De se

 

Tel qu’il est                                Regarder

 

Un regard qui se perd                Dans la nudité

 

Une main qui se lève                   Des mots

 

Une parole qui se terre              Le chant perdu

 

Deux sourires qui se mêlent       Du pain

 

Tel qu’il est                                Sur la table

 

Ni différent                               En

 

Ni semblable                              Partage

 

Je l’aime

 

 

 

 

18:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)